Aux couleurs égarées

Aux couleurs égarées 
Aux jours fanés
Aux mains effrayées 
Aux plaintes étouffées 
A la cruauté  des instants
Aux faiblesses du temps
Aux riens et aux plus
Aux rêves enchantés 
Aux vagues crépusculaires
Aux sables de l’enfer
Aux rouges feu
Aux bleus de discordes

Aux regards qui s’attachent
Au matin de janvier
Qui emporte en prudence
L’espérance d’un ange

Lise de Saint Thibault ( Lise Dest)

Dylan Thomas

Pages mêlées, vrac de prières, vision de cet ouvrage qui dort depuis des années près de mes nuits.

Un temps suspendu

Izïa Higelin et Arthur H , victoire de la musique 2019, homme à Jacques Higelin
 « je ne peux plus dire je t aime »
You tube

«Si dure soit la solitude, elle te ramène à ton destin, la loi du grand amour est rude,pour qui s est trompé de chemin »

Jacques Higelin

Ombre parisienne

Un soir de douceur, l hiver se fait calme et s oppose au vent, un petit rien pour remettre en place la vie, la Tour Eiffel nous fait l honneur de mille feux, une ombre accrochée sur le mur du Collège de France, nous invite à poursuivre notre petit et douce errance.

Gabrielle

Gabrielle Benoit de Choignard
dix années d’absence.

dix⭐️années

Gabrielle, il nous fallut si peu de temps pour nous reconnaître nous lier à jamais comme lierre sur la pierraille, à la vie à la mort, à la folie des mots, des rires et des larmes.

Mon amie aux ailes jumelles, aux failles et aux blessures inguérissables. Ton rire ne s’est en rien atténué, et parfois je l entends et j y crois à en hurler de joie, ce n ‘est que mirage, mais j y crois je sais que c est toi.

Tu manques à mes jours ensoleillés, à mes soirs face à la lune pleine, aux étoiles et aux ombres, aux accords majeurs de nos conversations de nos divagations aussi.

Mais mon coeur ne se plaint pas lorsque les souvenirs battent le rappel et me propulsent dans nos escapades parisiennes à la recherche d un artiste, d une vente, d une exposition.
Nous étions deux femmes et amies, unies par la même passion de l art.

Et ce temps trop court qui a scellé ta vie à la mienne, me murmure qu’un jour nous nous retrouverons.

Dix ans ma petite impétueuse aux yeux vert d horizon, dix ans qui me semblent un jour.
Et ce feu qui t emporta ce jour de février 2009, brûle dans mon cœur à jamais, d’une blessure que je ne chercherai jamais à guérir.Sois heureuse Gabrielle trouve la paix tant recherchée, dans ton paradis inventé, ailleurs loin, bien loin de nous.
A toi,