Cora Vaucaire

Cora Vaucaire
Délicate dame de Saint Germain des prés s’est envolée avec l’été..
La disparition de Cora Vaucaire est restée discrète
images-1

Créatrice avant Montand de la chanson de Prévert et Kosma «Les Feuilles mortes» (enregistrée en 1948), elle défendait ce qu’elle appelait, «l’esprit français des textes qui expriment souvent la joie de vivre et toujours des sentiments forts».

Trois fois couronnée par l’Académie Charles Cros, elle immortalisa notamment «La Complainte de la Butte» qu’elle interprète dans le film de Renoir «French cancan» en 1955 et «Trois petites notes de musique» dans celui de Colpi, «Une aussi longue absence» en 1960.

Silhouette menue, le sourire éclatant, la voix claire et la diction parfaite, Cora Vaucaire – qui a débuté au théâtre – chantait en comédienne, ciselait chaque chanson en une petite pièce de trois ou quatre minutes, l’interprétant avec charme, émotion et sincérité.

Son répertoire sans concessions, se composait de chansons oubliées du Moyen-Age («La complainte du Roy Renaud»), de succès de la Belle Epoque (ceux d’Yvette Guilbert), de textes de poètes (Appollinaire, Carco, Aragon), ou d’autres interprètes comme Maurice Fanon ou Jacques Debronckart, qu’elle appréciait particulièrement

Source : Liberation

4156HX30JRL._SL500_AA300_

Un ouvrage : Martin Pénet, producteur à France Musique et historien de la chanson, a réalisé cette autobiographie à deux voix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *