Le regard lourd de trop de larmes, si il t appelle dis lui que malgré la peine, il en est qui, sur la margelle dépose de l eau souillée et des mots trempés dans l’acide brûlant. Qu importe, oui , car les ami (e )s en une seule conjugaison entourent protègent et cajolent, ils sont là, aucun ne manque dans ce ciel chargé de drames, dernier rempart avec l’amour et l art. Faut il être fou pour juger l’autre. Faut il être malheureux pour briser ainsi, et, faut il être fou pour pardonner ? Alors oui, si il t appelle parles lui de nous, mais ne lui dis pas que quelque part quelqu’un déraisonne et s est donné comme dernière bataille que celle de piétiner sa fille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.