Agapi mou c était hier

Tes bras croisés entre les miens comme natte légère au soleil d’été, cœur serré palpitant à la crainte j’ai croisé nos mains en bouclier, sous le vent la foudre malgré tout joué, et la foudre a gagné, j’ai croisé les doigts comme les enfants à la récré, en pluie les promesses ont glissé à la lisière de cet espoir dernier.

Un mot, un seul s’est écrit de lui même.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *