Helena Zadrejko

Helena Zadrejko
est ne Dalidowicz, une rgion frontalire de la Pologne situe dans l’ancienne province de Nowogrdek. Elle est diplme de l’Acadmie des Beaux-Arts de Cracovie. Elle vit Athnes depuis 29 ans et travaille constamment sur le plan artistique et social.

Elle a particip environ 300 expositions collectives, post-concours et internationales dans la plupart des pays dEurope et dAsie. Elle a particip plus de 100 activits de peinture en plein air, dont 29 elle-mme organise avec l’aide de sponsors.

source : sites et articles consacrs Helena Zadrejko

soixante dix ans cette artiste partage sa vie entre Athnes et Paros.
Ou elle se projette vers de nouveaux projets, malgr une ccit progressant grand pas; Elle
garde une vitalit a toute preuve, une soif de vivre de raconter de partager et surtout de crer.

Les toiles prsentes sont la proprit exclusive d Helena Zadrejko
et ne peuvent faire lobjet d aucune utilisation sans son accord.

Ma rue


Jaime infiniment cette photo, Jaime mtre promene dans cet univers rouge et vert… trois pas, et six quatre deux de chez moi, ma rue, proche du parc aim par Prvert, et proche de l’ancien fief de Coluche,
l o j ai et rencontr Marpessa Daw, au cur de ce petit coin du treizime arrondissement, j’ai vcu mille choses, autant de chagrins que de bonheur, la vie en somme, rien de plus, hormis quelques secrets …

En revenant dans mon quartier, je suis comme rentre la maison
Merci Philippe

Photo : Philippe Galanopoulos – octobre 2018 Paris 13eme

Et le vent hisse les voiles du dernier voyage

Le vent a pour habitude de nous loigner de ceux qui partagent nos vies, les traversent, les bouleversent parfois follement.
Nous nous croisons, nous nous aimons, nous faisons de petits ou d’infinis voyages, nous nous prenons les mains ou juste le regard, nous puisons nos forces et nos rires dans la bienveillance du sourire de l autre, nous nous accompagnons un moment, plus ou moins long, un moment d’amiti, un moment d’amour, un moment pour les demains, un instant pour les toujours.
Il nous arrive dtre au saccage, alors, le temps avance et le vent ne souffle plus dans la mme direction, nous traons des lignes en sens contraires sans le voir, nous avanons encore, nous oublions lentement sans comprendre que nous nous oublions.

Puis violent, vient un jour d avril de mai ou de dcembre, le jour dit qu’il est trop tard. C’est cet instant que le vent, impatient se lve, soulve le pan du voile de notre mmoire et tire boulets rouges au moment de linsupportable annonce de l’ultime voyage de ceux qui ont partag un instant, un moment, toute la vie avec nous. Ne reste alors qu’ les regarder hisser les voiles majestueuses et dsesprantes qui feront glisser le navire de l’adieu.

L’impossible retour nous prcipite dans un puits de regrets, nous avons laiss passer le temps en sens contraire.
Le jour ou vos amis suivent le vent, vous souhaitez attacher un fil de soie la cheville ou au bras, afin qu’aux beaux soirs de lt, ports par la brise ils vous adressent un furtif regard pour l ternit.

Nous aperoivent-ils, ceux que nous avons tant aims aux soirs des toiles filantes et des vux gars ?

Lise Dest