Théâtre de la cruauté et récits sanglants du XVIIè/Christian Biet

Prendre plaisir à contempler les horreurs et la souffrance du genre humain … l’actuel succès des films « gore » pourrait laisser supposer que cette tendance est récente, lié au fracas d’un monde issu de la seconde guerre mondiale et traversé par les génocides à répétition et les combats terroristes. Ce serait oublier qu’au tournant des XVIe et XVIIe siècles, est née en France, sur les décombres des guerres de religion, une véritable littérature de catastrophe, le théâtre de la cruauté. Connaître ses auteurs, comprendre le contexte historique et culturel dans lequel ces pièces ont été écrites et jouées, est l’objet du cycle théâtral proposé en mai 2007 par France Culture

Fiction France Culture : Reportage : Céline Geoffroy
Photos : C. Geoffroy / RF – V. Besakian / RF

Allende /Férré

Ne plus écrire enfin attendre le signal
Celui qui sonnera doublé de mille octaves
Quand passeront au vert les morales suaves
Quand le Bien peignera la crinière du Mal
Quand les bêtes sauront qu’on les met dans des plats
Quand les femmes mettront leur sang à la fenêtre
Et hissant leur calice à hauteur de leur maître
Quand elles diront: « Bois en mémoire de moi »
Quand les oiseaux septembre iront chasser les cons
Quand les mecs cravatés respireront quand même
Et qu’il se chantera dedans les hachélèmes
La messe du granit sur un autel béton
Quand les voteurs votant se mettront tous d’accord
Sur une idée sur rien pour que l’horreur se taise
Même si pour la rime on sort la Marseillaise
Avec un foulard rouge et des gants de chez Dior
Alors nous irons réveiller
Allende Allende Allende Allende

Quand il y aura des mots plus forts que les canons
Ceux qui tonnent déjà dans nos mémoires brèves
Quand les tyrans tireurs tireront sur nos rêves
Parce que de nos rêves lèvera la moisson
Quand les tueurs gagés crèveront dans la soie
Qu’ils soient Président ci ou Général de ça
Quand les voix socialistes chanteront leur partie
En mesure et partant vers d’autres galaxies
Quand les amants cassés se casseront vraiment
Vers l’ailleurs d’autre part enfin et puis comment
Quand la fureur de vivre aura battu son temps
Quand l’hiver de travers se croira au printemps
Quand de ce Capital qu’on prend toujours pour Marx
On ne parlera plus que pour l’honneur du titre
Quand le Pape prendra ses évêques à la mitre
En leur disant: « Porno latin ou non je taxe »
Quand la rumeur du temps cessera pour de bon
Quand le bleu relatif de la mer pâlira
Quand le temps relatif aussi s’évadera
De cette équation triste où le tiennent des cons
Qu’ils soient mathématiques avec Nobel ou non
C’est alors c’est alors que nous réveillerons
Allende Allende Allende Allende…

Musique Jean Ferrat /Maurice Vandaire

message personnel / françoise hardy

Au bout du téléphone, il y a votre voix
Et il y a des mots que je ne dirai pas
Tous ces mots qui font peur quand ils ne font pas rire
Qui sont dans trop de films, de chansons et de livres
Je voudrais vous les dire
Et je voudrais les vivre
Je ne le ferai pas,
Je veux, je ne peux pas
Je suis seule à crever, et je sais où vous êtes
J’arrive, attendez-moi, nous allons nous connaître
Préparez votre temps, pour vous j’ai tout le mien
Je voudrais arriver, je reste, je me déteste
Je n’arriverai pas,
Je veux, je ne peux pas
Je devrais vous parler,
Je devrais arriver
Ou je devrais dormir
J’ai peur que tu sois sourd
J’ai peur que tu sois lâche
J’ai peur d’être indiscrète
Je ne peux pas vous dire que je t’aime peut-être

Mais si tu crois un jour que tu m’aimes
Ne crois pas que tes souvenirs me gênent
Et cours, cours jusqu’à perdre haleine
Viens me retrouver
Si tu crois un jour que tu m’aimes
Et si ce jour-là tu as de la peine
A trouver où tous ces chemins te mènent
Viens me retrouver
Si le dégoût de la vie vient en toi
Si la paresse de la vie
S’installe en toi
Pense à moi
Pense à moi

Mais si tu crois un jour que tu m’aimes
Ne le considère pas comme un problème
Et cours et cours jusqu’à perdre haleine
Viens me retrouver
Si tu crois un jour que tu m’aimes
N’attends pas un jour, pas une semaine
Car tu ne sais pas où la vie t’emmène
Viens me retrouver
Si le dégoût de la vie vient en toi
Si la paresse de la vie
S’installe en toi
Pense à moi

Avant que le coeur n’éclate…


Si j’étais elle /julien clerc

Si j’étais elle
Je ne voudrais pas de tous ces songes……./
Mais il n’y a qu’elle
Qui sait se taire ainsi
Et elle se cache dans ses silences……../
Mais il n’y a qu’elle
Qui sait se fuir comme ça
Et elle s’allonge dans son absence……./
Si j’étais elle

Je ne chercherais pas tellement d’excuses
Paroles vaines et vains refuges
Tristes armes de combat……./
Je n’aimerais pas me voir souffrir
À en crever à le maudire
Pour tout ce mal qu’il pose là

……

Cette blessure / Léo Ferré

811278.jpg    …Cette blessure
Où va ma lèvre à l’aube de l’amour
Où bat ta fièvre un peu comme un tambour
D’où part ta vigne en y pressant des doigts
D’où vient le cri le même chaque fois
Cette blessure d’où tu viens

Cette blessure
Qui se referme à l’orée de l’ennui
Comme une cicatrice de la nuit
Et qui n’en finit pas de se rouvrir
Sous des larmes qu’affile le désir
Cette blessure
Où va ma lèvre à l’aube de l’amour
Où bat ta fièvre un peu comme un tambour
D’où part ta vigne en y pressant des doigts
D’où vient le cri le même chaque fois
Cette blessure d’où tu viens
Cette blessure
Qui se referme à l’orée de l’ennui
Comme une cicatrice de la nuit
Et qui n’en finit pas de se rouvrir
Sous des larmes qu’affile le désir…/…

Léo Ferré

Est-ce ainsi que les hommes vivent

Louis Aragon, (interprétation de Léo Ferré)

Tout est affaire de décor
Changer de lit changer de corps
À quoi bon puisque c’est encore
Moi qui moi-même me trahis
Moi qui me traîne et m’éparpille
Et mon ombre se déshabille
Dans les bras semblables des filles
Où j’ai cru trouver un pays.
Coeur léger coeur changeant coeur lourd
Le temps de rêver est bien court
Que faut-il faire de mes jours
Que faut-il faire de mes nuits
Je n’avais amour ni demeure
Nulle part où je vive ou meure
Je passais comme la rumeur
Je m’endormais comme le bruit.
C’était un temps déraisonnable
On avait mis les morts à table
On faisait des châteaux de sable
On prenait les loups pour des chiens
Tout changeait de pôle et d’épaule
La pièce était-elle ou non drôle
Moi si j’y tenais mal mon rôle
C’était de n’y comprendre rien

Est-ce ainsi que les hommes vivent
Et leurs baisers au loin les suivent

Dans le quartier Hohenzollern
Entre La Sarre et les casernes
Comme les fleurs de la luzerne
Fleurissaient les seins de Lola
Elle avait un coeur d’hirondelle
Sur le canapé du bordel
Je venais m’allonger près d’elle
Dans les hoquets du pianola.
Le ciel était gris de nuages
Il y volait des oies sauvages
Qui criaient la mort au passage
Au-dessus des maisons des quais
Je les voyais par la fenêtre
Leur chant triste entrait dans mon être
Et je croyais y reconnaître
Du Rainer Maria Rilke.

Est-ce ainsi que les hommes vivent
Et leurs baisers au loin les suivent.

Elle était brune elle était blanche
Ses cheveux tombaient sur ses hanches
Et la semaine et le dimanche
Elle ouvrait à tous ses bras nus
Elle avait des yeux de faïence
Elle travaillait avec vaillance
Pour un artilleur de Mayence
Qui n’en est jamais revenu.
Il est d’autres soldats en ville
Et la nuit montent les civils
Remets du rimmel à tes cils
Lola qui t’en iras bientôt
Encore un verre de liqueur
Ce fut en avril à cinq heures
Au petit jour que dans ton coeur
Un dragon plongea son couteau

Est-ce ainsi que les hommes vivent
Et leurs baisers au loin les suivent.

les Fleurs du mal

‘Les Fleurs du mal’
fêtent leurs 150 ans ! L’occasion de découvrir ou de se replonger dans les célèbres poèmes de Charles Baudelaire, qui ont fait scandale lors de leur publication.
(source Evene.fr)

  Garde tes songes; les sages n’en ont pas d’aussi beaux que les fous