Gabrielle

              Les années  passent, et tourne le vent,  mais il reste toujours une griffe au calendrier de mes souvenirs, les clichés en noir et blanc se promènent d’un mois de février  à  l’autre, d’un souvenir  à l’autre.

             Fais tourner ce baiser  au vent de chaque saison, et au prochain été, dessine juste pour moi de nouveaux signes du côté de l’océan, tatoue le sable de quelques lettres capitales, accorde ton rire a celui des petites rieuses au dessus de l’eau.
         Pourtant pourquoi espérer tant, les souvenirs ne s’accordent pas avec la peine.

©Texte et photo Lise Dest