Dans mon jardin de mémoire

ImageShack Croyez vous aux sortilèges ?
Moi, je sais qu’il est là
Même quand il neige
Dans mon jardin de mémoire
Les fleurs du soir remplacent
Le lierre qui soude les pierres

Ne plus l’entendre me rend
fragile
Ne plus l’attendre
Inutile.

Extrait « Ne plus l’entendre me rend fragile » / texte & photo Lise Dest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *