Dormir à l’Hôtel de Senlis

Dormir à l’hôtel de Senlis
Brassée de lys et d’iris, bouquet d’aube et de crépuscule réunis
Le regard en alarme j’épouse la vague et l’âme
le feu et la larme, au bord des armes.

Les phares des taxis sont les oiseaux de nuit de Paris
Qu’importe la couleur du temps
Le vent du prochain hiver jettera l’ivresse d’hier face contre terre.
Les dés roulent sur les pavés
Dormir à l’hôtel de Senlis
Ecouter « Les mots bleus »
Rêver que tout enfin finisse,… finisse, finisse.

lise de saint thibault (Lise Dest)

Une réflexion au sujet de « Dormir à l’Hôtel de Senlis »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *