Etienne Roda Gil

Etienne 2008 copieEtienne Roda Gil ne disait que rarement « au revoir »
Il préférait, murmurer « A TOUTE LA VIE »
Alors, A toute la vie !
A toute la vie, Toi qui caresses le ciel au plus doux des étoiles
A toute la vie, Toi qui manques au jour qui se lève
A toute la vie, pour le refrain qui s’égare
A TOUTE LA VIE
A chaque demain et à tous les orages
Aux rêves qui se posent avec fracas depuis six années.

A toute la vie Estheban

Une réflexion au sujet de « Etienne Roda Gil »

  1. Il y a des jours qui battent le rappel
    Et là j’aime alors à me perdre
    Dans un grand champs de coquelicots,
    Feurs qui plient sous le vent de printemps
    Et qu’Il aimait tant.

    Lise Dest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *