Françoise Sagan

Sur ce sentiment inconnu, dont l’ennui
la douceur m’obsèdent, j’hésite à apposer
le nom, le beau nom grave de tristesse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.