Gene Tierney



Q
uestionnez aujourd’hui, sur les étoiles féminines hollywoodiennes,
on vous citera Ava Gardner, Rita Hayworth, Lana Turner, Marylin Monroe, ou Lauren Bacall …
Peu vous parleront de Gene Tierney !!

 

Mais ceux qui le feront, en parleront alors, avec la plus grande vénération.
Car, c’est que "froide"parfois, "fragile ou tourmentée" souvent, où simplement mère de famille,
elle n’incarnait pas l’image de la "femme fatale" pour bon nombre d’hommes…
Les hommes sont ainsi faits !! qu’ils perdent la mémoire des beaux instants offerts par
des beautés fragiles et fascinantes, dont l’esprit trop souvents’égare dans les méandres d’une de vie qui semble vouée aux enfers.
Allures retenues, chevelure brune sous laquelle s’illuminaient des yeux clairs, troublants et profonds de tristesse, regard tragique qui lui permettait d’incarner la féminité la plus douce (Le ciel peut attendre, L’Aventure de Madame Muir) ou la plus vénéneuse! Shanghai Gesture, Laura, Péché mortel.
Gene Tierney, sublima la pellicule, sous la direction d’ Otto Preminger, de Henry Hathaway, Rouben Mamoulian, où de Joseph L. Mankiewicz.
L’une de plus belles histoires d’amour du cinéma holliwoodien :
L’aventure de Madame Muir (1947) avec Rex Harrison


"Mademoiselle, vous devriez faire du cinéma" : Autobiographie (1979)
Hachette, Paris, 1985, traduction de Françoise Caetano
Ramsay poche, 1991, réimpression en poche dans la même collection en 2006

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.