Germaine Tailleferre

Amie d’enfance de Jean Tardieu , Germaine Tailleferre est née un 19 avril !

Gtailleferre
« Une Marie Laurencin pour l’oreille », c’est ainsi que Jean Cocteau parlait de Germaine Tailleferre, l’unique femme du célèbre Groupe des Six (en compagnie de Georges Auric, Louis Durey, Arthur Honegger, Darius Milhaud et Francis Poulenc). Cette formule qui veut établir une correspondance entre les aquarelles décoratives de Laurencin et la musique de Tailleferre, pour sympathique qu’elle était, n’était pas très appropriée. Naïveté, fraicheur, féminité, ces qualités ont été associées à Tailleferre dès son arrivée au Groupe des Six ; mais au jeu de la comparaison, c’est bien plus à la fauve Sonia Delaunay que l’on associera la musique de Tailleferre qu’à la douce Laurencin tant on trouve dans toute une partie de son œuvre une authentique vigueur parfois teintée, malgré des harmonies d’une grande sensualité, d’une très inattendue austérité.
On a trop longtemps considéré que l’œuvre de Tailleferre se réduisait à une série d’œuvres charmantes pour le piano composées dans l’Entre-deux-guerres et que sa carrière de compositrice s’achevait à la Seconde Guerre mondiale. C’était ignorer ou oublier qu’en dehors de ces piècettes, elle composa surtout des œuvres de musique de chambre, des mélodies, deux concertos pour piano, trois études pour piano et orchestre, un concerto pour violon, son remarquable voire imposant Concerto grosso pour deux pianos, huit voix solistes, quatuor de saxophones et orchestre, quatre ballets, quatre opéras, deux opérettes, sans compter de nombreuses autres œuvres pour petits ensembles ou grand orchestre tel cet étonnant Concerto pour deux guitares et orchestre récemment retrouvé et enregistré en 2004 en Allemagne par Chris Bilobram et Christina Altmann. La plupart de ces œuvres majeures furent écrites entre 1945 et sa mort en 1983. Jusqu’à un passé récent, une énorme partie de son œuvre restait inédite. Ce n’est que récemment que l’on a pu mesurer son ampleur et commencer à lui donner ou lui rendre la place qu’elle mérite .

« source :Wikipedia »

et n’hesitez pas a vous connecter sur le site d’ Orlando de Ruder en lien sur mon blog vous en saurez bien plus sur cette Dame

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *