Jean TARDIEU/ extrait une pensée

j’ai tant  de poison dans l’âme
Que je vais enfin parler
Ma raison penche, et proclame
sa fierté d être en danger
torpeur, colère ou tendresse
Menez moi je ne sais ou
Je suis lasse que ma jeunesse
se confine au fond d’un trou

Moi je souffre : pour quoi faire ?
pour pleurer
Tu vois des fleurs sur la terre
cueillons les !
si le vent grogne a ta porte
Ouvre-lui !
ouvre me  aux terreurs fortes
de la nuit
Je veux ce soir gris des cris
Des zigzags, à des dissonances.
Paris, à  mon Paris !…
J’aimerais être a Florence
torpeur, colère ou tendresse
Menez moi je ne sais ou
Je suis lasse que ma jeunesse
se confine au fond d’un trou

Moi je souffre : pour quoi faire ?
pour pleurer
Tu vois des fleurs sur la terre
cueillons les !
si le vent grogne a ta porte
Ouvre-lui !
ouvre me  aux terreurs fortes
de la nuit
Je veux ce soir gris des cris
Des zigzags, à des dissonances.
Paris, à  mon Paris !…
J’aimerais être a Florence

 

Jean Tardieu

Une pensée sur “Jean TARDIEU/ extrait une pensée”

  1. Tardieu!
    Demain, c’et l’anniversaire de la naissance de Germaine Tailleferre, qui fut son amie d’enfance et travailla avec lui… tout un monde de tendresse subtile, de poesie, de musique.. Et ce fut aussi mon enfance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.