La nuit

Lorsque la nuit doucement
se pose il reste d’hier
encore quelquechose
Un parfum de roses
Un souffle qui fait palpiter
Charmes et peupliers

Son langage appartient a la terre
Comme les ailes de l’oiseau à la mer

Lorsque la nuit doucement se pose
Elle laisse là au sommeil de novembre
Un ciel qui ne m’aura pas beaucoup
Aimé

Un homme pleure
Dans cette nuit écartelée
Un homme nu comme l’ombre
Que cherche t-il à l’heure
Des amants et des chimères
Une île, une colombe
Dans ses rêves déchirés
Un homme pleure et je l’entend

Lorsque la nuit doucement
se pose il reste d’hier
encore quelquechose
Un parfum de roses
Un souffle qui fait palpiter
Charmes et peupliers

Et se posent en silence
Larmes et souffle d’errance
Aux derniers parfums
Des roses espérance
L’espoir est vain
Puisque le nom même
De la rose le dit

Dans ses rêves déchirés
Un homme pleure et je l’entend

Lise Dest/nov 2009

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *