La porte à claqué

Un nouveau silence, et soudain dans ce ciel chargé, une mer apaisante parait rejoindre les nuages si nombreux ce soir, ce paysage n existe pas et pourtant nuages et flots se sont bien donnés rendez-vous. Alors ce « ciel-mer » est si doux , j’y crois avec joie, j y suis !! Entendre le ressac, sentir le sable, repérer les empreintes, faire claquer les algues entre les doigts, chercher des œufs de raies tous secs. Accrochons nos rêves aux tristes vérités, Tous les os peuvent se briser, mais le coeur lui ne saura que sombrer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *