Laissons

Laissons à la nuit
Nos paupières encombrées
D’océaniques rêveries

Laissons à la lumière
Tous nos baisers suspendus
Aux couronnes et prières
Au croissant lunaire
Laissons les bavardages de la rue

Vois
l’étoile cardinale
Filer à la lueur
De nos regards attardés

Ô mon ciel, mon nouvel envol
Qui, dis moi
A renversé ainsi le temps
Tamisé le printemps

Aux flammes, laissons les larmes
Aux anges l’empreinte de nos lèvres
Murmurant l’infinie liberté
Qui tient au vent, toute son éternité

Laissons nos envies
réchauffer la nuit
Oublions
Les hommes d’hier
Les femmes trop fières
Laissons l’oubli tatoué minuit
De lapis et d’or

Au souffle de la nuit, se taire
Aux mailles de l’univers
Un point à l’endroit
Un point qui s’enterre
Au souffle de la nuit, se taire

A nos prières, à nos visions
La nuit transporte nos illusions
Laissons les épines aux buissons
Les cris aux chiens de nuit
le silence aux amants désunis

OUI,
Laissons à la lumière
Tous nos baisers suspendus
Laissons l’oubli tatoué minuit
De lapis et d’or réunis.

Lise Dest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.