Le temps qui passe se nourrit de nos traces

Le temps qui passe se nourrit de nos traces
Comme la brise d’avril au marin qui trépasse.
Ne cherchez plus le coquelicot sur la margelle
Pas plus que l’hirondelle dans le bleu du ciel.

Gardons chemins, rivières et feux de bois
A quoi sert l’horizon s’il n’y a plus de chanson.
Laissons aux marées, les larmes d’autrefois
A quoi sert un sourire s’il n’y a plus de pardon.

Le temps qui passe se nourrit de nos traces
Comme les grands feux d’hiver, des soleils d’hier
Ne cherchons plus le tire laissons là, la mitraille
Au bleu du ciel marions hirondelle et colombe

Le temps qui passe se nourrit de nos traces
Comme la brise d’avril au marin qui trépasse
A quoi sert l’horizon s’il n’y a plus de chanson.
A quoi sert un sourire s’il n’y a plus de pardon.

L.Dest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *