Le vol de l’Ange

Il y avait, ce soir là, un bel orage, le ciel pouvait se prévaloir d’être à la hauteur des espérances multiples, d’une vénitienne Comtesse.
Elle avait besoin d’être vaincue, de baisser les armes et d’offrir ses baisers à la nuit blanche, au mystère provoqué….
Elle se voulait prisonnière enchanteresse, à y perdre la raison,
à y laisser enfin quelques lambeaux de vie.
Dans la geôle de ses désirs sans lutter, sans résister, lui, le laisser entrer, pénétrer le décor.
Les barrières hautes et violentes comme les éclairs, elle irait les rompre enveloppée de soie et de lumière, citadelles de ses craintes.
La vérité sera…. Elle la trouvera
La vie est là, embrassez là, embrasez vous, avant qu’elle ne vous quitte…
Brûlez Comtesse vos ailes au désir, jusqu’au plaisir ultime.

Et sur les cendres de vos ébats dormez , accrochez vos rêves à son souffle
Retrouvez vous, au point naissant de l’aube comme deux anges diaboliques….

Avouez-le, regardez-moi et dites-moi que c’est cela que vous souhaitez….

Lise Dest – 20 juin 07

Une pensée sur “Le vol de l’Ange”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.