3 réflexions au sujet de « Léo Férré / il n’y a plus rien »

  1. Ce que j’aime chez lui, c’est son invitation perpétuelle à ne jamais se résigner, à sortir du conformisme, à repousser les limites de la pensée et de la création.
    A bientôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *