L’invité de ce 30 août 2007 / Mikel Benoit

Mikel qui s’est mis en repos de l’écriture pour quelques temps
Tempo indispensable.

ECLAIR 

Refrain qui jamais ne désemplit
Qui jamais ne désenchante
Refrain qui va EN ALLANT
Et qui avance ET QUI MARCHE
Ne soulevant pas non
ELEVANT oui
Nos fardeaux jusqu’à la lumière
Nos peines cassant farouchement la barrière
EN UN CHANT qui crie au ciel
Et qui dit "viens ou pars, mais toujours voyage"
Les rivières encombrés de jolis oiseaux piaillent et secouent
LEURS AILES DE MARBRES
LEURS AILES DE METAL
Et les tonnerres ou les volcans
Posent des questions, baisent le ciel de lave
Racontent des énigmes fascinantes
MAIS DEBOUTS DANS LA MARE
MAIS SECOUES DANS UNE FLEUR
ET REPUS D’ALTITUDES
Vertes, volantes et précipitées,
farandoles en l’air pourfendant d’un trait les armées et les mondes
Unisson
Chant
Marée
D’ailleurs, les arrêts ténébreux ne font pas de contreparties lorsque,
emplis de croyance extra-lunaires et apothétiques,
ils nous déversent la mer en ramenant tempêtes,
nuages, soleils et feux en un même pari, en une même étreinte
Cris de chiens
Tremblements et tintements
Venelles encombrées
Villes pas assez envahies
Villages gavés d’arbres et d’autres décors
Tambours POUR LA PAIX
Et pour les moineaux surtout
Un coeur pour des tombes et des mourants
Une fête "à la turque"
En Espagne, en Allemagne,
en Russie et dans les palmiers
Bougies – de soleils
Cordons – d’avenues désertes
Danses – là-bas qui reviennent le soir
Bouger les jambes avec des tissus d’Orient
Mouvoir les bras avec des habits de reine d’Egypte
Remuer sa tête dans un courant d’air marin
fossoyeur du temps à l’arrêt

 

Mikel Benoit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *