« Notre maison brûle »

Et les cris des animaux fuyants, mourants, celui des hommes sous les flammes, l idée du hurlement du feux se gavant avec appétit ! la terre ne nous appartient pas, nous n en sommes que les invités, et nous sommes des assassins

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *