Fuir pour ne pas en mourir

Capturer le petit brouillard de leurs âmes ? Il suffisait d’en appeler à la patience, et sans annonce la palette aux couleurs apaisantes fit sens, Jusqu’àux lys du tombeau.

Il en faut du courage, pour que les mains se touchent, sans s égarées dans les marais de l insupportable. Sentir le souffle si tiède de l autre, Oui il en faut du courage, pour ne pas fuir.

Coeurs, sans anneau, sans promesse, ne purent arracher les racines de leur lien, comme les jardiniers du parc cette fin de journée. Mais le départ, plié dans le sac à dos de cuir ou de velours, hurlait le silence des séparés. Les regards accrochés au sol, les paumes menottées par l’orage puissant, fit exploser l ‘ adieu des corps, en rapprochant une âme à jamais.

ils n étaient plus que les naufragés involontaires, de la « Tinta, la Punta et la Santa Maria » réunies, vacarmes de la vie, des eaux troubles et des fièvres paralysantes de chagrin. fuirent pour ne pas en mourir. Sauves toi, claque la porte et bois les gouttes de pluie.
ils aimèrent à se brûler l’âme ? Qui le sait.

l amour de l’ âme de chacun en poche…

IL MEURT LENTEMENT

Il meurt lentement est une poésie de Martha Medeiros.

IL MEURT LENTEMENT

Il meurt lentement
Celui qui ne voyage pas,
Celui qui ne lit pas,
Celui qui n’écoute pas de musique,
Celui qui ne sait pas trouver grâce à ses yeux.

Il meurt lentement
Celui qui détruit son amour-propre,
Celui qui ne se laisse jamais aider.

Il meurt lentement
Celui qui devient esclave de l’habitude
Refaisant tous les jours les mêmes chemins,
Celui qui ne change jamais de repère,
Ne se risque jamais à changer la couleur
De ses vêtements
Ou qui ne parle jamais à un inconnu.

Il meurt lentement
Celui qui évite la passion
Et son tourbillon d’émotions
Celles qui redonnent la lumière dans les yeux
Et réparent les cœurs blessés.

Il meurt lentement
Celui qui ne change pas de cap
Lorsqu’il est malheureux
Au travail ou en amour,
Celui qui ne prend pas de risques
Pour réaliser ses rêves,
Celui qui, pas une seule fois dans sa vie,
N’a fui les conseils sensés.

Vis maintenant

Risque-toi aujourd’hui !

Vis maintenant
Risque-toi aujourd’hui

Agis tout de suite !

Ne te laisse pas mourir lentement !
Ne te prive pas d’être heureux !

MARTHA MEDEIROS

Mano Solo dix ans

Mano Solo, nous a laissé sa voix, ses chansons aux textes crus, émouvants, brûlants et tendres. Chanteur réaliste, Mano Solo hurlait des textes sombres et sublimes de vérité en face à face, titi parisien, le fils de Cabu et d Isabelle Monin, a quitté le pavé de paname il y a dix années.
Père et Fils la haut, un paradis d émotion.

Belle, Heureuse & Douce année

Crédit photo :Richard Tanguy -Marin sailing « Évidence IV » Brest

Le 31 décembre en solo, en silence, rêvant combien j aurais aimé être à cet instant précis gardienne de phare ✨⚓️✨, loin de toute terre, regarder les vagues menacer les flancs du phare, et tous les fous de Bassan rivaliser avec le vent. Et ce fut au bras de Paris que minuit passa. La chatte se fit câline elle compris que je reprenais ma route seule.

Crédit photo : Richard Tanguy -Marin sailing « Évidence IV « Brest

Âmes

Âmes sœurs, âmes coeur, âmes d hier, âmes perdues, âmes vaincues, âmes feu, âmes tendres, âmes folles, âmes et son contraire, âmes déçues, âmes des matins solitaires, âmes du jour et de la nuit, âmes de sang, âmes déchirées, âmes coupées, âmes dévastées, âmes pour toujours, âmes a l unissons, âmes de verre fragile, âmes perverties, âmes battantes et battues, âmes à genoux, âmes enfuies. Âmes déchirées, comme papier des derniers serments étouffés des mots volés.