Marilyn Monroe

« En vérité je n’ai jamais trompé personne
J’ai parfois laissé les hommes se tromper eux-mêmes »
Marylin Monroe

nouveautés !

Il y a désormais deux nouveautés sur le blog :
tout d’abord TEXTES CHOISIS
Défilé aléatoire, un piochage au hasard
des textes écris depuis la création du blog
pour permettre une redécouverte facile.

Et moins agréable mais
temporairement indispensable
une modération de tous les commentaires

A bientôt de vous apercevoir ici
Lise Dest

besoin d’eau claire

Certains soirs
j’ai crois hier et demain
pour allger la noirceur
d’un automne glacial

Tu pars comme tu reviens
Tu coules le bateau, avantl’ocan

L’audace a t cruelle
J’ai laiss le ciel deployer
De sombres sortilges
Pour te jurer je ne sais quoi
Approcher la pesanteur, de chacune de tesnuits
De toutes tes aubes.
Sur cette terre,
j’ai juste besoin d’eau claire.

Lise Dest – 30 juin 2007

Marilyn dernières séances/Michel Schneider

Michel Schneider a écrit un roman qui est aussi un essai passionnant, à travers une enquête et une documentation qui donne le vertige.

Prix Interallié 2006

Dernière page… Envie de crier ENCORE !
Hélas c’était là l’ultime séance,la dernière prise. C’est un roman respectueux, somptueux, un livre rare sur Marilyn Monroe.
Une écriture féline et brillante, un portrait de velour inédit
L’émotion à vif, transparente et fine.
Une réflexion sans jugement, sans a priori.
Marilyn Monroe qui n’a toujours demandé qu’une chose aux hommes :
le Respect; A été ici entendu par Michel Schneider
La boucle est bouclée rien de mieux de plus sensible, de plus juste ne peut-être écrit désormais sur Norma Jane Baker étoile éternellement naissante

Lise Dest-juin 2007

« …Je n’ai pas voulu écrire une enquête de plus sur la mort énigmatique de la star. Juste un roman retraçant les mois qui l’ont précédée. Seule la fiction donne accès au réel, et ce qu’on atteint à la fin d’un récit comme à celle d’une vie n’est pas la vérité révélée des personnages, mais une suite d’images brisées parcourue de reflets à contre sens. Car la vraie énigme de ce livre est celle du conflit des mots et des images. Au cinéma, en psychanalyse et en chacun de nous.
Mais j’aimerais que ce jeu de paroles secrètes et d’actes visibles ne s’achève que sur un point d’interrogation, lorsque les personnages se fondront dans l’incertain et que tremblera sur l’écran le message NO SIGNAL. » Michel Schneider

Marilyn Monroe

MM
Marilyn Monroe
, est née Norma Jeane Mortensen,
le 1er juin 1926 et décédée le 5 août 1962
Norma prénom choisi par sa mère en référence à l’actrice Norma Talmadge.
Son nom c’est transformée par la suite en Norma Jean Mortensen, et elle fut également connue sous le nom Norma Jean Baker

MM2 MM3 MM4
MM5
« Ma Misfit, ma belle de juin, mon Ange plateau …Celle qui résonne en écho de mon existence , c’est elle Marilyn Monroe… »
Lise Dest
A lire ou relire Over the Rainbow dans « Cinéma.Musique »

Et bien sûr plus qu’un détour par « Les Misfits » (à lire ) et voir encore et toujours cet ultime film ou Marilyn explose dans toute la contradiction de sa vie, plus vivante que jamais, dans une cruelle et époustouflante vérité d’actrice, mais plus que jamais aussi proche de toucher la dernière étoile du doigt
Bsession

Et contournez l’arc en ciel en visionnant les photos de Milton Green
séance baptisée « black session »

http://stanislaskazal.canalblog.com/albums/html
marilyn__la_seance_noire_de_1956_par_milton_green.

ET …L’incoutournable ouvrage de Michel Schneider paru chez Grasset Roman
Marilyn dernières séances

Venise souviens toi d’elle

Sur les ombres à l’envers
poignée de fruits rouges
jetée sur le plateau
Comme jeu de maux
en plein été
Amoureuse et cruelle
Venise souviens-toi d’elle…
Sous le masque rien de bohème
Sur l’épaule un ange entravé,
aux dernières enchères volé.

Elle naît au silence
pue la solitude, le chagrin
Les ombres sans pitié
accrochent ses seins,
pour divertir le soleil qui vient
Déesse et païenne
elle se donne seule le baptême
Fer rouge à la main
Venise souviens-toi d’elle…
Sur les bords de la lagune
Elle pose draps et bas de soie
Amoureuse et cruelle
elle vole tout ce qu’elle ne peut
donner.

Sans raison donnée
Balance un ultime requiem
de larmes et de respirations salées
elle pardonne en tourbillon
Déraisonne face au soleil
se damne dans l’obscurité
Dessous de lune
Fleur sur le canal
Elle tangue comme voilier
en pleine été danse sur l’eau souillée.

Aux ombres totems
poignée de fruits rouges écrasée
Comme dès sur le plateau
Comme jeu de peaux
Amoureuse et cruelle
Venise souviens-toi d’elle…

Lise de Saint Thibault – Lise Dest -25/06/07

Aux hommes rares

La nuit n’a jamais eu de secret
Pour les mots à la mort
Et si les lanceurs de poignards
atteignent parfois leurs cibles

Il reste l’espoir des hommes
Des hommes rares, qui encore se perdent
Pour des ailleurs majeurs et minuscules.

Lise dest/25/06/07