Paolo Veronese

veronese3   Veronese2   veronese   verone4

Né en 1528 à Verone mort en 1588  à 60 ans

De père architecte et sculpteur, il s’adonne tout d’abord à cet art en apprenant la modélisation, mais son penchant pour la peinture a raison de lui et il se tourne vers son oncle, Antonio Badille, qui possède un atelier. Il acquiert dans le même temps beaucoup de connaissances en matières d’architecture et de perspective, avec l’apprentissage que lui donne Giovanni Carotto.
Apres des études à Vérone. Sa renommée grandissant, il se voit confié des commandes pour les villes de Venise,  Mantoue, Vicence où il rencontre l’architecte Andrea Palladio.

Maniérisme
Peu d’artistes peignaient comme Véronèse une multitude de personnages à la fois.
Il s’agit là de l’une de ses caractéristiques. Il a inventé un véritable genre figuratif,
celui des Cènes, et l’on comprend immédiatement que pour lui un tableau doit être un contenant dans lequel les gens vont et viennent, assistent, dialoguent entre eux, jusqu’à remplir la scène.
Le maître le dit lui-même lors de l’interrogatoire, souvent rappelé, que lui fait subir la Sainte Inquisition : « Je remplis l’espace, et c’est pour cette raison qu’il y a quelques personnages de trop ».

Dessin
Son dessin, ferme et noble, qui procède par de grands plans à la manière antique, le doux éclat de sa couleur argentine, la beauté et la grâce de ses têtes,  que lui seul a possédé à ce degré, de représenter sans sacrifice apparent et sans confusion de nombreuses figures enveloppées d’une atmosphère également lumineuse.
Papier bleu, le support pourrait passer pour un détail, il n’en est rien chez Véronèse, celui-ci utilise ce papier pour littéralement dessiner les effets de lumière au moyen surtout de pierre noire et gouache blanche.
Le fragment étudié devient une œuvre à part entière car l’artiste s’y montre d’une acuité plaisante quant à l’éclat des matières touchées par la lumière ; une simple Étude de draperie devient un modèle d’élégance par la noblesse du drapé sobrement froissé et les discrètes touches plus ou moins estompées selon la luminosité. 
Véronèse montre qu’il sait deviner l’usage de l’œuvre d’art chez sa clientèle privée sans jamais renier sa faculté à capter l’essentiel de l’âme.Toutes ces éminentes qualités font de Paul Véronèse un des plus rares génies dont la peinture puisse se glorifier.

Vert Veronèse
Un arséniate de cuivre.
Vert amande jaunâtre profond caractéristique de la peinture de Véronèse

Portrait de Veronèse/Etude Vierge à l’enfant/Miracle de Pantaléon/Enlèvement d’Europe
Source : Wikipedia/meuble peint/le Louvre
Library of congress print & photographes division.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *