Suspension

Casser l’amphore, et le vase vibrant sous les flots
Laisser les lames et la vague briser le bateau
La cadence de la danse s affole
Prendre le poison pour rêver mieux
Souhaiter rejoindre l’horizon en un vœu, doucement meurt la côte 

A la porte du printemps, chasser le calendrier en son entier
Les sirènes  sont belles, regardez les avancer sans ombrelle,                                                Elles  n’ont pas d’aile, ne 
leur confiez jamais la nuit,                                                                        elles en voleront chaque  étoiles
Les feront filantes, pour jouer avec les mensonges des mortels

Les marins rêvent un ultime instant au  dessin du portail taillé                                                    de pointes et de volutes forgées ou les roses carmins ouvraient  le chemin.
Passage, pour dame de coeur en robe de velours noir                                                                         
parfum Chanel, ou rosée de jeunesse, et la barque déjà oublie demain.

Trouver le rythme, d’un battement de rames,                                                                     rassembler sans drame les eaux des deux mers
Couvrir la scène de pétales rouges sang, d arcs en ciel géants
Lentement, lentement
Laisser les lames devenues  sombres, briser le bateau et casser l’amphore.

Lise Dest-06-07-07

4 réponses sur “Suspension”

Répondre à Y.G Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *